Lumière

la lumière qu’elle soit nue 
on entre ici comme dans un cerceau 
le mouvement se doit perpétuel 
les mains ouvertes  
au-dessus des hanches 
le ciel se doit bleu 
moelleux au toucher du soleil 

allonger les bras 
jusqu’au cœur 

je ne souffre dans ce corps 
qu’une seule vérité 

 

Date de création:  Le 10 juin 2009

Publié dans la revue Brèves (Laval, Qc), no 80, 2010

Laisser un commentaire